Principes du lightpainting 

 

 

 

 

 

 

Pourquoi peindre avec de la lumière ?

  Art moderne par excellence, le lightpainting est une peinture de l'éphémère aux pinceaux technologiques, conservant cependant le caractère naturel et instantané de la photographie.

 Dès 1937, Man Ray suivi par Picasso s'intéressent à cette technique.

  

Le principe du lightpainting.

 Un lightpaint est le plus souvent effectué dans l'obscurité, en déplaçant des lampes dans le champ d'un appareil photo en pose longue, permettant ainsi de faire apparaître des éléments de décors ou des personnages, d'en modifier ou d'en créer, sans autre limite que l’imagination.

 

 

 

 

La pose longue ou mode B  (BULB) :

 Quel que soit votre appareil photo il existe une possibilité de faire de la pose longue.

Le mode B sur les appareils hybrides ou reflex permet d'avoir accès à un temps de pose illimité ou du moins très long (l'utilisation du mode B nécessite l'emploi d'une télécommande). Sur les compacts et bridges ce temps de pose maximum est souvent de 8 à 30 secondes, ce qui est peu mais permet tout de même de réaliser de très nombreux effets. Référez-vous à votre manuel pour connaître le mode le plus adapté (mode nuit).

 

 Les réglages :

Le temps de pose est variable et, dans des conditions d'obscurité totale, ne dépend que de la durée de vos effets.

 Cependant si une lumière extérieure éclaire votre scène, vous serez limité par l'effet cumulatif de la lumière sur le capteur. Une source de lumière, même faible mais de longue durée produit un effet identique à un éclairage court et puissant. Il vous faudra donc jouer avec le réglage de l'ouverture pour trouver le bon compromis entre l'éclairage extérieur, vos propres lampes et la durée de vos effets.

 Par défaut et si possible on choisira le réglage des isos (sensibilité du capteur) le plus bas possible, afin d’accroître la qualité de l'image et le temps de pose. De la même façon, si votre appareil le permet, restez dans la plage de netteté optimale de votre objectif. En général autour de f8.

 Avec un compact « tout automatique », cherchez le mode qui vous propose le plus de temps de pose et laissez faire le reste à la machine… Qui a dit que l'art devait être compliqué ?

 

 

 

 

Les effets :

 

Les quelques effets présentés ci-dessous ne sont que des bases techniques, à vous de les faire évoluer au gré de vos expérimentations.

 

 

·         L'éclairage global :

 

 

 

L'éclairage global est l’éclairage du décor et peut être réalisé en utilisant des éclairages fixes ou mobiles. Dans le cas d'éclairages mobiles, l'opérateur ne sera pas éclairé et n'apparaitra pas dans l'image, étant derrière la source lumineuse.

Il faudra toutefois faire attention à ce que le corps de l'opérateur ne masque pas une partie du décor à l'objectif. Il faut donc penser à rester le plus possible en mouvement, ce qui permet également de multiplier les angles d'éclairage et de faire disparaître les ombres.

Astuce : vos effets ressortiront mieux si vous n’insistez pas trop sur l’éclairage du décor derrière eux.

 

 

  En lightpainting, la lumière étant fonction du temps, un flash répété plusieurs fois et sous différents angles produira le même effet que plusieurs flashs simultanés dans une photo « classique ».

Selon le même principe des bougies peuvent éclairer une très grande scène, pour peu que le temps de pose et l'ouverture soient suffisants.

Un éclairage très concentré (torche) permet quant à lui d’effectuer des balayages, ou la mise en exergue d'un élément, tandis que l'utilisation de filtres colorés autorise des ambiances variées, choisies en fonction de vos besoins.

 

 

·         Le dessin au trait – La Calligraphie

 

 

 

 

N'importe quelle source lumineuse peut permettre d'effectuer un dessin, pour peu qu'elle soit mobile. Si elle n'est pas mobile, il reste la possibilité de faire bouger l'appareil.

 En lightpainting, assimilez chaque source lumineuse à un pinceau.

Ainsi, une seule led sera un pinceau très fin là où un tube au néon sera une brosse large.

 

En éteignant la source lumineuse, vous « levez » le pinceau de votre feuille virtuelle.

 

Les techniques classiques de la calligraphie s’appliquent ensuite, sans oublier cependant que vous disposez d’une surface de « peinture » en 3D, autorisant également une approche très sculpturale de vos œuvres.

 

Parmi les outils utilisables pour dessiner on trouve :

1.             Les scripters, constitués d’une led de couleur et un d’un interrupteur momentané permettant un trait fin et maitrisé.

2.              Les sticks à led, les cyalumes, les tubes à cathode froide, le fil électroluminescent, les barres de led. Leur taille, leurs couleurs et leur puissance très variable permet la création d'outils de toute taille et forme pour des traits plus larges et des textures variées.

 

 

·         La boule :

  

 

 

 

La boule est l'un des effets de base les plus simples et reste cependant l'un des plus spectaculaires. La méthode la plus rapide pour réaliser une boule consiste simplement à faire tourner une source lumineuse (scripter, stick à led etc...) verticalement au bout d'une ficelle.

 

Ce mouvement va dessiner un cercle vertical. Il faut alors tourner AUTOUR de la main qui tient la ficelle. La main étant le centre de la boule, elle doit bouger le moins possible.

 

Astuce : démarrez face à l'objectif, lorsque vous avez fait un demi-tour votre boule est terminée, vous êtes dos à l'objectif, et vous pouvez cacher votre lampe avec votre corps le temps de l'éteindre.

 


·         La silhouette :

 

 

 

Pour réaliser une silhouette, placez-vous entre le fond de votre scène et l'objectif, puis en bougeant le moins possible, éclairez ou faites éclairer le fond. La partie cachée par votre corps apparaîtra alors en noir. 

 

Astuce : Si vous êtes seul et que vous éclairez le fond vous-même, privilégiez une lampe légère et relativement puissante, qui vous permettra de peu bouger la main et de garder une silhouette « ouverte » plus dynamique.

  


·         Les fantômes :

 

 

 

 

Un fantôme est la trace laissée par un objet ou une personne éclairée pendant une partie seulement du temps total de pose. Ainsi, pour un temps de pose total de 1mn, avec un éclairage d'ambiance faible et constant tel que quelques bougies, un personnage qui quitterai la scène au bout de 30 secondes serait transparent à 50%.

 

Astuce : Pensez à vêtir votre fantôme de façon à ce que cela contraste avec le décor afin de bien pouvoir le distinguer par la suite.

 

 

·         Les ectoplasmes :

 

 

 

 

Réalisés à partir de fil électroluminescent fin, les ectoplasmes sont un effet spectaculaire. Le fil électroluminescent est roulé en boule entre les deux mains de l'opérateur. Il s'en sert comme d'un « rouleau » pour peindre le corps du modèle, en veillant à rester en mouvement constant. Les contours de la silhouette sont effectués en éclairant le modèle par l'arrière, la « matière » du corps en faisant du remplissage sur le devant.

 

 

Astuce : Utilisez le mode « clignotant » des fils électroluminescents, vous augmenterez l’impression de « fumée » diffuse à la surface du corps de l’ectoplasme.

 

 

 

 

 

 

A vous de jouer….

 

 

 

Neuro pour My-urbex.com